Quels changements en 2022 ?

Prédictions 2022 : Santé et progrès

Bien sûr, il y aura des changements en 2022, mais il faut toujours préciser qu’on ne peut pas réellement prédire les évènements du futur.

Ces « prédictions » pour 2022 sont tout simplement liées à ce que nous vivons actuellement dans nos sociétés modernes, et liées à nos mécanismes psychologiques et biologiques d’êtres humains.

Aucune certitude donc, simplement des probabilités, et pas d’extrapolations et de croyances non prouvées !

Nous devons aussi comprendre que les évènements qui suivront et que nous vivrons seront toujours malléables dans le temps. Le calendrier de 2022 n’est pas du tout figé et tout peut changer.

De nombreux spécialistes excellemment doués pour prédire les évènements du futur se sont déjà trompés par le passé, et d’ailleurs, les plus rationnels d’entre eux préfèreront toujours préciser qu’il ne faut jamais être sur de quoi que ce soit dans ce domaine.

Nous l’avons constater ces deux dernières années avec l’épidémie du Covid-19 : un imprévu peut survenir à tout moment.

En revanche, se baser sur les évènements actuels de cette fin d’année 2021 est un exercice relativement simple.

Enfin… Il faut tout de même rester passionné et suivre l’actualité !

Dans cet article, je me focaliserai sur des changements ou tendances que nous verrons très probablement en 2022 dans le domaine de la santé (hygiène de vie, sport, médecine), dans le domaine du développement personnel (conscience et développement de soi, des autres) et dans le domaine professionnel (utilisation des nouvelles technologies appliquée au monde du travail).

Ces trois éléments seront impactés par le progrès et nous oublions très souvent que le progrès n’est pas uniquement scientifique et technique, il est aussi social, psychologique et culturel.

I) Les tendances dans le domaine de la santé

Cette nouvelle année sera extrêmement bénéfique pour toutes celles et ceux qui souhaitent vivre plus longtemps et dans de meilleures conditions.

Dans le domaine de la santé, une quantité astronomique d’information circule déjà sur le web et 2022 sera l’année du « tri sélectif ». Il sera nécessaire de trier les informations santé pour ne garder que les meilleures et pour cela, il faudra aiguiser notre sens de l’observation afin de ne pas tomber dans le piège des fake news ou des méthodes mensongères des manipulateurs.

Les options les plus simples et les plus visibles seront les informations de certains journaux à la une, ou le montage vidéo travaillé d’un gourou charismatique. Mais ces dernières ne seront pas forcément les plus intéressantes pour nous !

Notre travail consistera à dénicher les perles rares au sein d’une masse d’information qui circulera sur Internet. Globalement, cette masse d’information sera positive pour retrouver la santé ou pour la maintenir.

Des nouveaux outils et des améliorations permettant de mesurer de nombreux paramètres santé feront aussi leurs apparitions : nouvelles applications mobiles, objets connectés, vêtements intelligents, capteurs de santé…

Cependant, à l’image des protéines en poudre et des compléments alimentaires en musculation, où seuls les plus passionnés mesurent en permanence un nombre incalculable de paramètres, choisir la légèreté sera pertinent pour conserver notre santé mentale et pour rester productif (5 astuces personnelles de productivité).

Nous ne devrons pas nous laisser envahir et distraire par des nouvelles technologies inutiles !

Du côté de la médecine, les moyens pour guérir et améliorer notre santé seront multiples :

  • le stockage et l’analyse de nombreuses données médicales par les algorithmes
  • la robotisation de plus en plus efficace de la médecine
  • les thérapies géniques pour remplacer des gènes défectueux
  • les organoides et la médecine régénérative pour remplacer ou soigner un organe malade
  • la recherche de « l’infiniment petit » dans le domaine quantique
  • la modélisation informatique de nouveaux traitements médicamenteux

Et j’en passe…

Toutes ces techniques existent déjà ; elles se combineront et augmenteront rapidement notre espérance de vie.

Cependant, il y a un hic.

Malgré un impact fort et positif de l’hygiène de vie sur notre système hormonal (dopamine, sérotonine), pour de nombreuses personnes aujourd’hui être en bonne santé et vivre plus longtemps ne nous donnent pas l’impression d’une vie vraiment épanouie.

Pour quelles raisons exactement ?

II) Vers une meilleure conscience de soi ?

Cette fin d’année 2021 a été marquée par une très forte digitalisation de notre société avec une nouvelle volonté pour les jeunes, principalement, de se concentrer sur des activités professionnelles plus passionnantes et qui leurs correspondent mieux, plus rentables, et pour certains, qui réduisent le nombre d’heures travaillées.

Ce phénomène nous vient des États-Unis où il est visiblement plus prononcé chez eux, mais il touche également les jeunes étudiants Chinois.

En Chine, le taux de chômage national est bas, d’environ 5%, mais il est trois fois plus élevé chez les jeunes (https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20211009-un-taux-de-ch%C3%B4mage-trois-fois-plus-%C3%A9lev%C3%A9-chez-les-jeunes-en-chine). Ceci est lié à de nouvelles régulations en Chine et au fait qu’une part croissante des jeunes souhaite travailler pour les grandes entreprises, qui embauchent et conservent davantage que les autres grâce à des propositions alléchantes : salaires plus élevés, temps de travail réduit, confort et sécurité des salariés, relations managers-managés plus sophistiquées…

C’est la grande tendance du moment chez les géants du web : être largement plus attractif que tous les concurrents dans le plus de domaines possibles.

Concernant l’entreprenariat, il ne faut pas oublier que parmi toutes les personnes qui se lancent, environ 25 % échouent durant les deux premières années, et 50 % échouent durant les cinq premières années qui suivent la création du projet.

Entreprendre a toujours été un choix difficile et la concurrence actuelle ne facilitera pas les choses. De plus, les réseaux sociaux ont tendance à rendre visible certains types de contenus, et les entrepreneurs expérimentés déjà bien en place ont plus de chances d’attirer l’œil, comparés aux novices qui se lancent maintenant.

Inévitablement, parmi toutes ces personnes qui tenteront leur chances, il y aura des déçus. Néanmoins, les nouvelles mentalités ont tendance à perdurer et pour de nombreux neuroscientifiques, notre cerveau (pensée) n’est absolument pas programmé pour se satisfaire de notre situation !

Ironiquement, grâce aux écrans et à la science, nous nous apercevrons peut-être mieux en 2022 de nos propres défauts… En tout cas, plus rapidement que les générations précédentes qui n’avaient pas accès à autant d’informations.

Les écrans renforcent notre côté individualiste, nous sédentarise, et nous sommes tout aussi fautif que le système politique actuel qui prône cet individualisme et qui ne régule pas les entreprises actuelles dominantes et innovantes. Ces entreprises profitent largement des études scientifiques pertinentes en psychologie pour vendre des produits dont nous n’avons pas toujours besoin.

Faire plus, faire moins, faire mieux, travailler sur soi ou aider les autres…

Des changements se manifesteront peut-être dans notre manière de percevoir le monde et le développement personnel en 2022. Des auteurs tels que Simon Sinek ou Sébastien Bohler expliquent très bien qu’il est difficile pour un être humain de faire quelque chose « sans âme ».

Le siècle de la connaissance sera celui de l’intelligence et logiquement celui de la conscience de soi et des autres.

A un moment donné, nous aurons peut-être besoin de choisir notre pourquoi !

III) Des changements dans le monde du travail

Il faut tout d’abord rappeler que les futurs changements que nous verrons en France seront dépendants de la politique en 2022. Plus précisément, c’est surtout le rythme de l’innovation qui dépendra de nos votes aux élections présidentielles du mois d’avril prochain.

Et pour le moment, le désintérêt des français et particulièrement des jeunes pour la politique est fort, à tel point qu’on parle régulièrement de « désengagement des jeunes pour la politique ». En juin dernier, près de 9 jeunes sur 10 n’ont pas voté aux élections régionales et départementales.

D’après les derniers sondages des élections présidentielles, la droite est bien majoritaire et Macron est en première position avec 20 %, suivi par Valérie Pécresse avec 16 %. Viennent ensuite Eric Zemmour et Marine Le Pen, en dessous de 15 %.

Macron souhaite suivre le pas des géants comme la Chine et les Etats-Unis, en misant sur l’innovation. Son plan France 2030 est un plan d’investissements de 30 milliards d’euros qui a pour but de redresser la France en la rendant la plus indépendante possible dans sa production (médicaments, énergie, véhicules électriques…).

Pour l’instant, le but n’est clairement pas de réduire la création d’outils technologiques ni même de réduire l’omniprésence des écrans dans nos vies, avec comme source d’explication, outre que la croissance économique, le variant Omicron.

Il y a donc des chances pour que nous allions vers un monde d’innovation en France et nous devrons nous y adapter, un minimum.

Mais à l’avenir, les jeunes seront-ils inspirés par des études longues et coûteuses, qui demandent de faire beaucoup de sacrifices en terme de temps libre, autant qu’en terme de pouvoir d’achat, y compris sur le long terme ? Voudront-ils devenir ingénieurs en robotisation, sans aucune bourse ou presque, pour finir chargés de dettes la trentaine passée ?

Il y aura des remèdes à l’attractivité du web pour l’éducation nationale : la fameuse méthode qui consiste à être plus attractif que le reste (proposer des formations courtes et diplômantes, peu coûteuses, s’inspirer du web, etc.).

Pour finir, voici quelques changements ou tendances que nous verrons très probablement dans le monde du travail en 2022 :

– Une hausse du télétravail est prévue à partir de janvier 2022, avec un rythme recommandé de 3 à 4 jours par semaine.

– L’intelligence artificielle fait la force des grandes entreprises ce qui veut dire qu’elle sera très utilisée pour capter et analyser toujours plus de données. Les systèmes de reconnaissances d’images permettront de mieux identifier notre environnement, les chatbots répondront à plus de questions, les écritures virtuelles automatisées feront leur apparition, les systèmes de traductions seront plus pratiques et plus intelligents afin de répondre aux besoins immédiats des travailleurs en déplacements.

– Les systèmes de convergence des données continueront à toucher un plus grand nombre de personnes dans le monde. Le Cloud Computing permet de stocker et de partager des connaissances utiles dans le monde professionnel. Finalement, le web est une sorte de gigantesque cloud permettant d’acquérir de multiples savoirs, mais manquant des certifications nécessaires pour en faire une nouvelle forme d’éducation beaucoup plus accessible.

– La réalité virtuelle pourra être appliquée à certains métiers lorsque l’immersion sera plus intéressante que l’expérience réelle. Récemment, certaines écoles de conduites en ligne prétendent avoir le potentiel de concurrencer les écoles traditionnelles, en mettant en avant l’absence de dangers sur la route, l’absence de déplacements contraignants, et des prix plus bas donc plus accessibles pour les jeunes.

– Beaucoup d’entreprises ne pourront pas débourser plus de 50000 euros pour avoir un seul robot utile et performant ! Il y aura donc peu de chance de voir chez nous des Tesla Bots, les robots chiens de Boston Dynamics, ou des voitures autonomes en 2022. En plus de cela, les robots ont besoins de conditions contrôlées et d’un environnement connu pour être efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :