Entreprenariat vs Salariat

Image montrant un jeune homme hésitant concernant son avenir professionnel

Salut les curieux ! 😉

Alors, au départ, je devais traiter ce sujet en vidéo, mais je me suis rendu compte finalement qu’il était assez complexe, et qu’un article dédié serait beaucoup plus approprié.

C’est un sujet qui est totalement d’actualité, puisqu’il suscite l’intérêt d’environ 60% des salariés en cette année 2022 !

Un chiffre assez énorme, qui montre bien que la reconversion professionnelle fait partie des préoccupations de nombreux cadres et salariés de nos jours.

Les raisons qui poussent ces personnes au changement sont multiples : économiques, liées au confort, à la proximité, pour des raisons de bien-être au travail, voire même de réalisation personnelle parfois !

Cette nouvelle tendance du « mieux-être et de l’accomplissement personnel », pourtant blâmée et critiquée par certains, est tout à fait normale de nos jours.

En effet, on peut trouver plusieurs raisons logiques à cet esprit d’esprit « nouveau », qui est peut-être tout simplement plus marqué qu’auparavant…

Premièrement, l’être humain n’est absolument pas programmé pour se satisfaire de sa situation personnelle, et a tendance à se focaliser sur les éléments négatifs de sa vie (survie), plutôt que sur les éléments positifs de sa vie, c’est-à-dire ceux qu’il possède déjà. Ce fait est tout à fait naturel, même s’il n’est pas nécessairement figé dans le temps, si vous avez une bonne conscience de vous et de vos pensées.

Deuxièmement, on nous vend du « rêve » en permanence sur les réseaux sociaux, tout en créant le manque volontairement, dans une logique de vente de produits, de services, ou de formations… Nous devons absolument comprendre que ce rêve est bien souvent arrangé, « maquillé », et sans doute bien éloigné de la réalité des personnes qui semblent vivre ce rêve à outrance… Et surtout bien éloigné de ce que nous possédons nous, pour le moment !

Troisièmement, il peut y avoir plusieurs explications possibles, et potentiellement associables entre elles, au fait de vouloir s’accomplir personnellement dans la vie :

l’être humain a une partie irrationnelle en lui, des croyances réelles, ou bien transmises par la génétique depuis des décennies (environ 50% de génétique dans nos traits de personnalité selon Robert Plomin).

l’être humain a besoin de s’accomplir au sein d’un groupe pour être vu et reconnu, dans le but de se sentir aimé par d’autres êtres humains (pyramide de Maslow…).

l’être humain a un côté mégalomane. La mégalomanie correspond au désir ardent de briller en société, de réussir socialement, ou encore à la volonté d’avoir du pouvoir sur les autres et sur le monde qui nous entoure. Le psychanalyste américain Heinz Kohut tient sa réputation pour son travail axé sur les troubles de la personnalité narcissique. Dans ses travaux, il explique que le besoin incessant de s’affirmer en société pour individu, peut provenir d’un manque d’attention à l’âge adulte, qui est comparé à l’attention plus prononcée de la mère pour son enfant durant l’enfance.

Actuellement donc, beaucoup de personnes s’interrogent à ce sujet, et il faut reconnaître que nous sommes tous très fortement influencés par le web et les réseaux sociaux !

Et c’est pour cette raison que j’ai voulu aborder le sujet, le plus objectivement possible, dans le but de vous aider à démêler le vrai du faux entre l’entreprenariat et le salariat, en vous montrant tous les avantages et les inconvénients des deux options.

Alors, si vous faites partie de ces nombreuses personnes qui veulent enfin se sentir mieux et plus accompli dans le milieu professionnel, je pense que les informations qui suivront vous aideront grandement à mieux vous orienter ou vous réorienter cette année.

I) Le choix du salariat

Avant d’aborder les avantages et les inconvénients du salariat, il faut déjà bien comprendre et mentionner l’intérêt du salariat dans une entreprise : pour un employeur, un salarié est avant tout une stratégie intéressante de gestion du risque.

En étant présent constamment dans une entreprise, le salarié amène davantage de sécurité sur le long terme, comparé au recours à des prestataires extérieurs. Ces derniers coûteraient peut-être moins chers sur certaines périodes de l’année, mais ils seraient aussi plus libres de partir à des moments inopportuns, lorsqu’un contrat plus intéressant leur est proposé, par exemple.

Ce dernier élément peut poser de sérieux problèmes de production dans une entreprise, et c’est d’ailleurs la principale raison qui pousse les entreprises à encore privilégier le salariat dans le monde du travail.

Un autre élément qui peut également faire pencher la balance du côté du salariat pour l’employeur, est le fait que les contrats avec des prestataires extérieurs peuvent être trop onéreux à négocier. Des coûts liés à l’organisation ainsi que des frais juridiques peuvent s’appliquer au moment de la transaction.

Retenez que le salariat comble principalement un besoin de sécurité pour une entreprise, et il est de même très souvent perçu de cette manière par le salarié !

En revanche, dans ce domaine, il faut préciser qu’une entreprise peut tout à fait licencier un ou plusieurs salariés pour des motifs sur lesquels nous n’avons aucune influence (motif économique, etc.).

Le salariat n’est donc pas un choix qui ne comprend « aucun risques ». Mais c’est un choix qui en comprend en règle général moins que l’entreprenariat.

Voici donc les principaux avantages du salariat :

– paye similaire à la fin du mois.

– horaires fixes, il y a peu d’imprévus. Les heures supplémentaires sont occasionnelles, sauf dans certaines entreprises où elles peuvent être très fréquentes.

– présence d’une couverture sociale qui garantit chômage, cotisation pour la retraite, et arrêts maladie payés.

– trente jours de congés payés. Quand on est son propre patron, nous devons gérer nous-même notre temps de congés, qui est ensuite décompté de nos revenus.

– souvent moins exigeant en terme de pluridisciplinarité intellectuelle. Il peut être aussi moins stressant, si on le compare à l’entreprenariat. Mais tout dépend du métier (métiers à risques…).

– pour certains métiers bien ciblés, il peut y avoir une forte demande sur le marché de l’emploi. Dans ce cas bien précis, il peut être relativement facile et rapide de trouver un emploi !

– certains métiers nous offrent la possibilité de travailler en équipe, de travailler en groupe. Cet aspect n’est pas négligeable car n’oublions pas que l’être humain est sociable, par nature : nos relations sociales influencent notre humeur, notre manière de penser, et nos comportements. Un entrepreneur peut être amené à travailler seul chez lui, mais encore une fois, cela dépend des entreprises et de leur fonctionnement.

Et voici les principaux inconvénients du salariat :

– certaines personnes ont du mal avec la hiérarchie et ne supportent pas l’autorité. Ils détestent recevoir des ordres, voire des commentaires désagréables, encore bien présents dans le monde du travail moderne.

– beaucoup de personnes ne se sentent pas suffisamment épanouies en tant que salarié aujourd’hui. Les raisons à ce phénomène sont souvent psychologiques : travail routinier, manque de stimulation intellectuelle, émotionnelle, pas de connexion particulière avec le projet de l’entreprise, rémunération insuffisante…

– les augmentations de salaire sont plutôt occasionnelles, le salaire reste la plupart du temps fixe.

– compliqué de gérer son emploi du temps comme on le souhaiterait. Souvent, on travaille 35h, et il est difficile de négocier des plages horaires qui nous conviennent mieux, à nous.

– on voyage de manière occasionnelle, au moment où l’on prend des vacances, excepté si nous travaillons sur un ordinateur et que notre présence physique n’est pas indispensable pour travailler.

– les études ou formations au préalable peuvent s’avérer longues et coûteuses… De plus, avoir peu d’argent sur cette période (activité à temps partiel, financements insuffisants) peut être vécu difficilement par certains étudiants qui peuvent se retrouver rapidement démoralisés, surtout s’ils ne sont pas suffisamment motivés par leur projet.

II) Alternance, possibilités d’évolution, nouvelles formes de recrutement

Image montrant des jeunes travaillant ensemble dans un environnement fun et moderne

Vous êtes motivé comme jamais, mais comme beaucoup d’étudiants, vous manquez de moyens pour financer des études longues ?

L’alternance, les contrats professionnalisants, et les métiers avec des perspectives d’évolutions sont des solutions intéressantes qui peuvent vous aider et vous correspondre.

Mai attention, il faudra toujours bien cibler le secteur et le métier en question

En vous orientant de cette manière, vous choisissez un excellent compromis entre une rémunération convenable (voire plus que convenable), une expérience professionnelle sur le terrain, et un meilleur taux d’insertion professionnel.

L’État Français mise lui aussi sur le compromis cette année avec la loi « Avenir Professionnel », dont le but est d’encourager l’alternance pour la rendre « plus attractive pour les jeunes mais aussi pour les recruteurs ».

A l’heure actuelle, on peut ainsi constater un nombre croissant de formations proposant des contrats d’alternance, et nous pouvons dorénavant nous orienter vers des formations d’ingénieur, de développeur web, ou encore de data scientist en alternance. En voici quelques-unes :

Néanmoins, comme vous le savez peut-être, rien n’est complètement figé dans la vie !

Pour ma part, je pense que l’on peut tout à fait s’y prendre différemment et sortir un petit peu des sentiers battus…

L’alternance et les contrats pro ne sont pas les seuls et uniques moyens que nous avons pour obtenir une place intéressante dans le monde professionnel, malgré un manque de moyens au départ.

Car certaines entreprises fonctionnent différemment…

Il existe des entreprises qui recherchent et recrutent des salariés au profil davantage créatif, autonome, pluridisciplinaire, et surtout passionné par le projet et les valeurs de l’entreprise.

A titre d’exemple, nous pouvons citer les start-ups : les entreprises qui placent l’innovation au cœur de leur stratégie initiale.

Mais ce ne sont pas les seules, et nous pouvons également trouver des petites et moyennes entreprises, des entreprises dans le domaine artistique, dans le domaine de la mode… Ces entreprises ont très souvent des méthodes de recrutement bien particulières.

Au sein d’une start-up par exemple, les recruteurs testent régulièrement les compétences pratiques des candidats avec des mises en situation rapides, lors des entretiens d’embauches (https://www.observatoire-emploi-iledefrance.fr/wp-content/uploads/Pole_emploi.org/Etude_12.pdf).

Cela veut dire que des connaissances théoriques, même bonnes, ne suffisent pas à plaire à ces entreprises ultra compétitives et exigeantes, qui privilégient des traits de personnalités comme la prise de recul, la capacité à se remettre en question, les connaissances, ou encore la capacité à gérer ses émotions.

Steve jobs était réputé pour ses méthodes de recrutement différentes, où il engageait parfois des jeunes passionnés, et pas obligatoirement diplômés.

En revanche, nous pouvons voir cela de différentes manières : un homme passionné par son métier et le projet d’une entreprise, ne comptera pas ses heures passées au travail, et il est généralement admis qu’au sein d’une start-up le nombre d’heures travaillées dépassent très largement les 35h (https://www.observatoire-emploi-iledefrance.fr/wp-content/uploads/Pole_emploi.org/Etude_12.pdf).

Bien sûr, cette méthode de recrutement est pertinente dans une logique de productivité, si l’on se positionne du côté de l’employeur, puisqu’elle libère le potentiel des travailleurs.

La productivité est « reine » pour les start-ups, et les salaires les plus élevés se concentrent bien évidemment là-bas (https://www.licornesociety.com/blog/salaires-startup).

Donc, si vous êtes ambitieux, réfléchissez bien à ce que vous voulez avant de vous engager dans quoi que ce soit. Car si l’aspect financier du monde professionnel est un élément prioritaire pour certains, pour d’autres, ce ne sera pas forcément le cas !

Cependant, vous trouverez peut-être votre bonheur dans une entreprise centrée sur l’art, la créativité ou l’innovation, étant donné que ces entreprises fonctionnent différemment (système managérial plus souple, plus d’autonomie…).

Pour terminer avec le salariat, n’oubliez pas non plus que les profils spécialisés ont toujours leur place dans le monde du travail actuel : manutention, métiers sociaux et d’insertion professionnel, infirmiers, métiers de la sécurité civile…

Et finalement, ce qui compte le plus sur le marché de l’emploi, ce sont vos compétences. Le diplôme n’est qu’un moyen, socialement accepté, et qui n’est pas le seul, de montrer des preuves concernant nos compétences…

III) Le choix de l’entreprenariat

Image montrant des qualités importantes pour un entrepreneur

Il peut être difficile d’entreprendre de nos jours tant les moyens mis en œuvre par certains entrepreneurs déjà bien en place sont supérieurs aux vôtres quand vous débutez.

Naturellement, ces entrepreneurs vont investir dans la mise en place d’actions conséquentes pour se protéger face la concurrence (recrutement de salariés, stratégies, etc.).

Si vous choisissez l’entreprenariat, c’est une réalité que vous devrez accepter, mais ne vous découragez surtout pas, vous pourrez tout à fait réussir en vous y prenant habilement !

Avant d’aborder les avantages et les inconvénients de l’entreprenariat, je tiens premièrement à souligner que l’entreprenariat c’est une profession décisionnelle, exigeante, qui nécessite de très bonnes capacités d’adaptations. Une personne qui n’est pas encore à l’aise avec ces éléments là devrait dans un premier temps expérimenter plusieurs métiers avant de se lancer.

Voici donc les principaux avantages de l’entreprenariat :

– la liberté : l’entreprenariat est associé avec la notion de liberté et il s’agit avant tout de la liberté d’organiser son emploi du temps un peu plus comme on le souhaiterait nous. On s’impose nous-même le nombre d’heures et de jours que l’on souhaite travailler et l’on se fixe ses propres objectifs. Mais cela ne veut pas dire que nous allons obligatoirement avoir plus de temps libre, comparé à un salarié. Tout dépend de l’engagement nécessaire pour que l’entreprise soit rentable, et du degré de compétition du marché en question.

– vivre de sa passion : monter sa propre entreprise peut nous permettre de vivre en suivant davantage nos aspirations profondes, ce qui est une chose fondamentale. Beaucoup s’orientent alors vers l’entreprenariat pour trouver plus de sens à leur travail, vivre d’une passion, ou pour ressentir le besoin d’être stimulé (défis, risques…).

– les revenus : l’aspect financier est un élément non négligeable qui pousse souvent une personne à choisir l’entreprenariat. Un entrepreneur peut potentiellement dépasser rapidement et facilement le salaire de base.
D’ailleurs, l’entreprenariat est considéré comme l’un des moyens les plus efficaces pour s’enrichir, et assez rapidement si on le compare à d’autres formes d’investissements.

– liberté de choisir nos collaborateurs : on peut choisir avec qui nous travaillons, qui nous engageons, avec qui nous collaborons.

– voyager plus souvent : si nous sommes entrepreneur web et que notre business fonctionne, nous pouvons voyager plus souvent à l’année. Cet élément plaît en règle général à beaucoup de personnes !

– possibilité de déléguer des tâches qui nous ennuie…

Et les inconvénients, ou exigences, de l’entrepreneuriat :

– certains projets (web, ou autre) peuvent être très peu couteux en terme d’argent mais beaucoup en terme de temps libre. Personnellement, je ne pense pas que notre temps libre ait moins de valeur que l’argent dans la vie… Comprenez qu’un projet énergivore en temps sera du temps pris sur nos loisirs, et sur le fait de profiter de la vie. De plus, quand on lance sa boîte, il est courant que les premiers mois soient très difficiles en terme d’engagement et vous dépasserez généralement les 35 h de travail.

– être pluridisciplinaire : un entrepreneur doit être capable de gérer plusieurs tâches parfois peu passionnantes lui-même : comptabilité, tâches administratives, prospection, embauche… De ce fait, il doit avoir des connaissances larges et s’intéresser à de nombreux sujets. Nous pouvons voir cet aspect comme un avantage ou un inconvénient en fonction de notre tempérament. Ainsi, la personnalité d’une personne compte énormément dans son choix professionnel (introverti, curieux, extraverti, etc.).

– un entrepreneur doit se démarquer : cet aspect est crucial de nos jours. Vous devrez faire mieux que la concurrence en travaillant plus, et plus intelligemment qu’elle. Vous devez notamment chercher à être plus visible ou plus attractif.

– capacité à rester focalisé : un entrepreneur doit être capable de ne pas se distraire pour rester focalisé sur une tâche à réaliser. Bien se connaître et entretenir sa motivation sont les éléments clefs d’une concentration optimale.

– connaître les systèmes : un entrepreneur doit connaître les procédés de croissance d’entreprise, de gestion, d’innovation, les systèmes de productivité, etc. Encore une fois, aimer lire et se documenter, y passer du temps, font des parti des exigences de l’entreprenariat. Quelques entrepreneurs ne lisent pas ou peu, mais la plupart du temps cette minorité a un cercle social avantageux, ou éventuellement une très bonne formation universitaire en poche…

Conclusion :

Prenez le temps de peser le pour et le contre concernant l’entreprenariat et le salariat, par rapport à votre expérience de vie, à vos compétences, à vos préférences, et par rapport à vos différentes formes d’intelligences (Génétique VS travail et hygiène de vie).

Bien entendu, jouez sur vos forces !

Mais ne restez pas figé dans vos lacunes… Je vous recommande vivement de chercher à vous améliorer constamment, un peu tous les jours, peu importe l’option que vous choisirez.

Mais, actuellement : aimez-vous le « risque » ? La compétition ? Avez-vous peur de prendre des décisions importantes ? Avez-vous besoin de sécurité au niveau professionnel, et seriez-vous à l’aise avec le fait de « switcher » rapidement d’un projet à un autre ?

Aimez-vous lire et apprendre ? Vos connaissances pratiques actuelles sont-elles suffisantes pour vous lancer dès maintenant dans l’entreprenariat ?

Ces questions peuvent réellement vous aider à faire un choix rationnellement bon…

Pour finir, retenez que sur le marché de l’emploi, nous devrions surtout raisonner en terme de compétences et de besoins. Certains métiers sont rares et demandés, et des secteurs entiers peinent à recruter en ce moment même !

En répondant à un besoin humain et sociétal, et en vous positionnant idéalement sur la base du principe de la rareté, vous pourrez tout à fait vous permettre d’être plus exigeant, de négocier, ce qui vous permettra de vivre davantage selon vos propres conditions, à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :