La génération intentionnelle d’émotions positives

Image montrant un jeune femme en train de méditer

De nos jours, gérer le stress et nos émotions sont des choses indispensables pour notre santé mais également pour gagner en productivité. Sur le web, on trouve de nombreux conseils et certains peuvent nous paraître insensés parfois, ou difficiles à mettre en pratique.

Respiration diaphragmatique, cohérence cardiaque, méditation… Comment s’y retrouver ? Que faut-il choisir ? Et quelle pratique apporte un maximum de bénéfices ?

Actuellement, j’utilise une technique vraiment particulière et qui est loin d’être la plus connue de toutes.

C’est vrai que cette astuce peut paraître un peu mécanique et pas très naturelle au début, je vous l’accorde ! Mais elle n’est pas plus naturelle que le fait de soulever un haltère, de tirer sur une bande élastique ou de faire du gainage…

C’est la cerise sur le gâteau pour un sportif s’entraînant régulièrement car en plus d’améliorer notre santé mentale, cette pratique booste aussi nos performances physiques.

Cette technique est géniale car elle va bien au-delà d’une technique respiratoire classique et en l’utilisant, on profite à la fois des avantages de la respiration diaphragmatique mais aussi des avantages des émotions positives.

La génération intentionnelle d’émotions positives est une méthode extrêmement puissante et bénéfique pour notre santé ! La majorité des techniques respiratoires et de méditations classiques ont pour principal but de faire le vide, de se détendre ou de récupérer d’une séance de sport. Cette pratique est différente car elle n’a pas le même objectif mais elle est complémentaire et se marie très bien avec les autres.

Dans cet article, je vous expliquerai l’intérêt de l’utiliser au quotidien tout en précisant que la génération intentionnelle d’émotions positives est une technique avancée. Vous devez premièrement savoir bien respirer et avoir un niveau intermédiaire en méditation est un gros plus avant de commencer.

A la fin, je n’oublierai pas non plus de souligner les limites de cette pratique.

I) La nécessité de gérer son stress par la respiration abdominale

Le XXIe siècle est celui de la vitesse, du rythme de vie accéléré et de nombreux autres facteurs qui constituent une source de stress. Avec la hausse de l’espérance de vie, cette période exige de nous que l’on s’adapte sur du long terme.

Nos capacités d’adaptation étant limitées, notre corps peut tolérer beaucoup, mais tôt ou tard, il ne manquera pas de nous faire rappeler que nous devons récupérer à un moment donné…

La respiration est un processus automatisé subvenant à nos besoins vitaux et assure les échanges gazeux dans notre organisme.

Une pratique respiratoire agit sur plusieurs éléments et systèmes importants : avoir une bonne respiration est à la fois bénéfique sur le plan physique mais aussi sur le plan psycho-émotionnel.

Premièrement, elle permet de favoriser l’oxygénation cellulaire et améliore le drainage circulatoire. Deuxièmement, elle permet la souplesse des fascias et des tissus, améliore les performances physiques, tout en réduisant les tensions et les douleurs.

Troisièmement, elle réduit le stress et l’intensité des émotions négatives. Après une journée bien fatigante et stressante, la respiration est l’un des meilleurs moyens pour rapidement retrouver de l’énergie ! Dans une logique de développement personnel, elle favorise aussi l’introspection et une meilleure connaissance de soi.

La respiration diaphragmatique est plutôt simple à réaliser mais c’est une base importante à connaître et à pratiquer pour votre santé :

– Inspirez par le nez lentement et profondément durant 4 secondes. À l’inspiration, vous devez gonfler votre abdomen dans un premier temps, puis votre thorax.

– Faites un blocage en apnée pendant 2 secondes.

– Expirez pleinement par la bouche en 6 secondes. Cherchez à complètement vider l’air à l’expiration ; de la cage thoracique en premier lieu et de l’abdomen ensuite.

– Faites toutes ces étapes en essayant de vous détendre et cherchez à relâcher vos muscles.

Répétez ce processus deux fois par jour durant 5 minutes. Deux fois par jour, c’est la fréquence idéale.

II) La méditation

Image montrant une statue d'un moine qui médite

La méditation consiste à se concentrer essentiellement sur la respiration tout en restant conscients de nous même ou de ce qui se passe autour de nous. Elle est très souvent utilisée dans les pays asiatiques et aujourd’hui de plus en plus en Occident, en raison de ses bienfaits en matière de gestion de stress et d’amélioration de la concentration.

De plus, la méditation calme les sentiments négatifs et permet de mieux se connaître sur du long terme. En effet, elle améliore la prise de conscience de notre corps, de nos pensées et de notre système émotionnel.

Par exemple, si notre respiration est centrée sur le cœur et avec un peu de pratique, nous nous reconnectons à notre système et organe émotionnel principal (https://le-blog-santé-et-avenir.com/le-coeur-un-organe-complexe-et-intelligent/). Dans ce cas bien précis, nous devons faire attention car l’expérience du début peut être particulièrement douloureuse si nous avons vécu dans le passé des situations négatives ou traumatisantes. Consulter un bon psychologue n’est pas du tout une mauvaise option lorsque la charge émotionnelle du passé est trop pesante !

La méditation nous permet de profiter des effets bénéfiques de la respiration profonde abdominale mais favorise également l’introspection, nécessaire à la prise de conscience de nous-même, du monde qui nous entoure, et in fine, de notre propre développement. Toutefois, et contrairement à la respiration diaphragmatique, elle exige une concentration absolue et nous devons éviter de faire une autre activité en même temps.

Elle nécessite un peu de pratique et un peu d’assiduité !

Voici comment faire :

– En premier lieu, vous devez avoir une posture convenable : adoptez une position en tailleur, maintenez votre dos droit et détendez-vous. Relâchez vos bras et vos épaules.

– Commencez par respirer lentement. Inspirez en effectuant une respiration diaphragmatique en 6 secondes, puis expirez complètement en 10 secondes.

– Au début, focalisez-vous sur votre respiration. Une fois que vous avez réussi à établir un rythme respiratoire cohérent, focalisez-vous sur des sensations corporelles à l’intérieur de votre corps (tensions ou organes), ou provenant de l’extérieur (environnement, bruits, vent, etc.).

Mais tout comme la respiration, la méditation comprend, elle aussi, ses propres limites.

III) La génération intentionnelle d’émotions positives

Nous pouvons générer des émotions positives

La respiration diaphragmatique agit et calme l’activité du système sympathique, qui est lié aux différents stress du quotidien. Les émotions positives, quant à elles, permettent à notre organisme de retrouver un état d’esprit optimal et idéal pour notre santé. Plus précisément, l’astuce que je vous propose vous permet de vous « positionner » dans l’équilibre c’est-à-dire entre le système nerveux sympathique et parasympathique (https://www.heartmath.org/research/science-of-the-heart/coherence/). Pour être en bonne santé, les deux sont complémentaires, indissociables et nécessaires : ils forment votre équilibre.

La génération intentionnelle d’émotions positives est une astuce rentable et très puissante !

Selon la théorie « expansion et construction », ces émotions favorisent l’émergence de la cohérence améliorant ainsi le fonctionnement des systèmes immunitaire et cardiovasculaire, boostent notre résilience et notre bien-être psychologique (https://www.erudit.org/fr/revues/rqpsy/2017-v38-n2-rqpsy03163/1040768ar.pdf).

Néanmoins, si vous rencontrez de la difficulté à vous détendre, vous devez d’abord débuter et vous concentrer sur votre respiration, et passer ensuite par « l’étape méditation ». La méditation focalisée et centrée sur le cœur est un prérequis à la génération intentionnelle d’émotions positives. Une fois que vous vous serez habitué à cette pratique, vous pourrez enfin passer à la dernière étape.

Le meilleur pour la fin ! 

Les émotions positives proviennent souvent de nos relations avec nous même et avec les autres, et sans surprise, les émotions les plus puissantes sont celles d’aimer et d’être aimé. Donner et recevoir de l’amour sont les deux besoins émotionnels fondamentaux de l’être humain car ils lui ont permis de s’attacher aux autres, de coopérer, et de mieux survivre dans un passé régulièrement marqué par les guerres, les épidémies et la famine.

Le cœur et l’amour représentent la vie, c’est-à-dire nos relations avec les autres, et au niveau physiologique il semble que l’amour provoque une expansion du cœur contre son fascia, le péricarde.

Le bonheur, la fierté, la sérénité ou l’espoir sont également liés à une personnalité plutôt vivante, confiante, sociable, etc. Ces sentiments ou émotions améliorent aussi notre santé cardiaque.

Comment procéder ?

– Gardez votre position assise en tailleur, redressez-vous et détendez-vous.

– Respirez pleinement et profondément en dirigeant votre attention vers la région du cœur pendant 5 minutes.

– Générez une ou des pensées positives pendant 10 minutes environ (à voix haute si possible) et essayez de respirez calmement en même temps. Choisissez une ou des pensées positives en fonction de l’état psychologique vers lequel vous souhaitez tendre : amour, joie, fierté ou motivation, etc.

– Faites de cette pratique une routine : 3 ou 4 jours par semaine c’est l’idéal, et pendant 15 minutes le matin au réveil. 10 minutes minimum. Vous pouvez boire en même temps.

Conclusion :

La génération intentionnelle d’émotions positives est une technique très peu connue mais ses effets sont très intéressants : elle permet de booster nos performances musculaires, cérébrales et cardiovasculaires.

Elle nous apprend aussi que nous pouvons prendre le contrôle de nos propres pensées et que nous ne sommes pas obligés de subir émotionnellement les évènements du quotidien. Elle est votre capacité à consciemment modifier votre énergie en fonction de l’état dans lequel vous souhaitez être et à agir sur votre propre état de santé ! Cette astuce est vraiment incroyable mais elle nécessite une très bonne conscience de soi.

En faisant quelques recherches, j’ai découvert cette technique (méthode Coué, PNL, Heartmath) car je voulais surtout être rationnel dans mes convictions, ce qui est normalement très compliqué, voire impossible. Psychologiquement parlant et si je le décide, je n’ai pas besoin de me sentir aimé ou apprécié, et de faire tout ce qu’il faut pour l’être (appartenir à un groupe, prendre parti, être remarqué, etc.).

Ce constat peut être bouleversant ou difficile à comprendre pour certaines personnes. Mais en réalité, vous pouvez prendre le contrôle de vos propres pensées et influencer très fortement votre état émotionnel (dans la limite du raisonnable car de nombreux facteurs entrent en considération).

MISE EN GARDE : Je tiens à préciser que la génération intentionnelle d’émotions positives ne remplacera jamais vos relations avec les autres ! Ce n’est pas son but, et d’ailleurs, elle est incapable de le faire. Sortez, voyez du monde.

Nous avons fondamentalement besoin des autres et vouloir aller trop vite dans ce genre de pratique peut être néfaste pour notre organisme (réalité virtuelle, techniques de visualisation trop fréquentes, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :